Pensée du 21 novembre 2014

A5e3d146
Image : Joséphine Wall ( www.josephinewall.co.uk

 

« Quand vous souffrez, cherchez à prendre conscience que seule une partie de vous est touchée par cette souffrance. Une autre partie lui demeure inaccessible : votre esprit. Votre esprit est libre, il n’est soumis à aucune contrainte. Depuis les régions sublimes où il se trouve, il vous regarde, il vous conseille. Et même, quelquefois, il vous dit : « Tu souffres ? Eh bien, réjouis-toi, car si tu es intelligent, grâce à cette souffrance tu gagneras encore quelque chose en lucidité, en compréhension, et tu te renforceras. »


Celui qui est malheureux a tendance à s’identifier avec son malheur, il se laisse envahir par lui. Et c’est cela qui est dangereux pour lui. Il doit, au contraire, être immédiatement en alerte et se dire : « C’est maintenant qu’il y a un travail à faire. Je souffre, bien sûr, mais ce n’est qu’une partie de moi qui souffre. » Qu’il fasse appel à cette autre entité, son esprit, qui vit dans l’immensité, dans l’éternité, et qui est aussi lui. Du fond de cette boue dans laquelle il a la sensation de s’engloutir, il sentira surgir la lumière et la force. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×