Pensée du 21 novembre 2014

A5e3d146
Image : Joséphine Wall ( www.josephinewall.co.uk

 

« Quand vous souffrez, cherchez à prendre conscience que seule une partie de vous est touchée par cette souffrance. Une autre partie lui demeure inaccessible : votre esprit. Votre esprit est libre, il n’est soumis à aucune contrainte. Depuis les régions sublimes où il se trouve, il vous regarde, il vous conseille. Et même, quelquefois, il vous dit : « Tu souffres ? Eh bien, réjouis-toi, car si tu es intelligent, grâce à cette souffrance tu gagneras encore quelque chose en lucidité, en compréhension, et tu te renforceras. »


Celui qui est malheureux a tendance à s’identifier avec son malheur, il se laisse envahir par lui. Et c’est cela qui est dangereux pour lui. Il doit, au contraire, être immédiatement en alerte et se dire : « C’est maintenant qu’il y a un travail à faire. Je souffre, bien sûr, mais ce n’est qu’une partie de moi qui souffre. » Qu’il fasse appel à cette autre entité, son esprit, qui vit dans l’immensité, dans l’éternité, et qui est aussi lui. Du fond de cette boue dans laquelle il a la sensation de s’engloutir, il sentira surgir la lumière et la force. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Ajouter un commentaire